11015065_335218420000048_7785065842425056471_n

Sia - Helium (Lyrics)

La fin de l'hiver approche, j'en profite pour hiberner encore un peu.
Les rêves et les cauchemars rythment mes nuits, je crois que mes pensées sont en ébullitions.


Dans un mois, le printemps fera son apparition, viendra avec lui, tout son lot de surprise.
Il m'amènera surtout une bougie de plus sur le gâteau, une année de plus au compteur.


«
C'est ton anniversaire, ce n'est pas celui de ta mère ! » 

 

Et pourtant oui ! Il y avait peu de probabilité pour que j'arrive dans ce monde, ce jour-là, mais je savais déjà qu'il serait rassurant d'affronter les années qui passent à 2 ! Mes débuts sur terre étaient prometteurs...

 

 

Cette année, je reste dans ma zone de confort, la dernière avant un changement de dizaine pour la troisième fois.

 


Paraît-il que je vis en ce moment mes plus belles années.

 

Pourtant, je donnerais tout pour revenir 20 ans en arrière, l'âge de l'enfance et de l'insouciance.

 

Mais on ne peut pas lutter contre l'inévitable.

Après tout, un anniversaire, ce n'est qu'une question de chiffre.
Je ne refuse pas de grandir ou plutôt de vieillir mais j'aime penser que je reste un peu une « adulescente ».
Plus adulte qu'ado, j'en suis consciente...

 

Je suis entourée d'adolescents toute la journée, serait-ce pour ça que je me sens aussi bien dans mon élément ?

 

 

J'ai tout simplement gardé mon âme d'enfant avec des responsabilités d'adulte.
Le plus angoissant en matière de responsabilités, c'est quand vous vous plantez et que tout vous glisse entre les doigts. C'est effrayant de sentir tout le poids qu'une vraie vie d'adulte implique, à la force d'une société moralisatrice on arrive à se dire qu'on a rien sans rien, que la vie est dure mais il faudrait plutôt remplacer les « c'est ma faute si... » par « c'est ma responsabilité de... ».

 

J'aime encore m'octroyer des petits moments devant des dessins animés ou profiter de la présence d'un enfant pour jouer avec ses poupées ou autres jouets qui m'ont accompagné durant ma propre enfance. Du moins, ceux qui existent encore, ceux qui n'ont pas évolué à vitesse grand V.

On se demande qui s'amuse le plus dans ces moments de complicités... Ces instants où l’enfant en nous renaît...

J'ai parfois la sensation que beaucoup d'entre nous, ont oublié, qu'un jour, ils étaient eux aussi des enfants. Le mot « immaturité », revient souvent, mais peu m'importe le regard des autres, les valeurs d'un petit bonheur, n'a pas de prix !


La nostalgie joue beaucoup là-dedans, l'enfance est la meilleure des périodes dans le cycle de la vie.
On se soucis de choses futiles, on s'émerveille d'un rien.
On est entourées de ceux qu'on aime et on pense qu'ils ne vont jamais nous quitter, on profite de nos instants privilégiés ensemble sans penser au pire.


Quand devenons-nous adulte ? Peut-être quand on arrête de voir le monde à travers nos yeux d'enfants, dans ce cas, je ne le serais jamais !

 

On idéalise la vie de grande personne , c'est vrai que c'est bien d'être autonome, gérer sa vie comme bon nous semble mais on ne reste pas assez longtemps des enfants insouciants, on veut souvent grandir trop vite et j'ai l'impression qu'on devient adulte quand on ne veut plus grandir justement...


Cette question me passionne, elle est remplie de mystère. Les expériences vécues donneront une vision de vivre sa vie différemment, et on réalise alors que ce n’est pas forcément l’âge qui fait que l’on se sent adulte.

Pourtant, une étude a révélé il y a quelques mois qu'on ne s'estimait  pas adulte avant 24 ans, tant pis j'ai bientôt 5 ans de retard... 

 

Quand on est enfant on a cette assurance naturelle qui nous aide à être amis avec la terre entière. Combien de fois avons-nous prononcé : « Je peux être ta copine ? Je peux jouer avec toi ? ».
En étant adulte il en devient un peu plus compliqué de faire comme les enfants...

Avec les années, on a malheureusement laissé beaucoup d'amitiés sur le bas-côté... Mais plein de nouvelles rencontres nous attendent !

 


Qu'importe l'âge que nous donne notre date de naissance, je préfère me baser sur l'âge que je me fixe dans ma tête, et pour le coup, celui-ci, je le garde secret.


Et finalement, se dire, que la vie ne fait que commencer !